LES CASTES

Le mot "caste" provient du terme portugais "casta", signifiant "pur", se rattachant étymologiquement du terme "chaste";

Il est indissociable de deux aspects de deux paramètres : le Varna désignant la couleur de la peau, la caractéristique ou la forme physique ; et du Jatî se référant à un découpage précis de la société.

Le Varna est étroitement lié à l'hindouisme et à la notion de karma car chacune des classifications renvoie à une partie de l'essence divine. Au sein du dixième livre du Rig Véda, le texte "Purusha shukta" fait référence à l'essence cosmique prenant forme humaine, se répartissant dans la société en quatre Varnas :

- La tête et la bouche ont donné les Brahmanes liés au sacré (prètres, enseignants)

- Les deux bras ont constitué les Rabanas, kshatryas liés au pouvoir temporel (roi, administrateur et soldat)

- Les deux cuisses ont donné les Vaishyas, liés au clan (les commerçants, artisans, hommes d'affaire, agriculteurs, et bergers)

- Les deux pieds donnant les Sudras (les serviteurs).

Un autre texte primitif, le Munu smirti fait référence à un cinquième Varna qui a été associée aux travaux dégradants par les classes supérieurs et désigné comme les intouchables; ces derniers sont nommés "Dalits" («opprimés") ou "harijans" («enfants de dieu").

Les Grandes étapes de la Vie

La vie sociale indienne est rythmée par de nombreuses grandes étapes, s'échelonnant de la naissance à la mort.

 

Sorte de rites de passages, ces étapes de vie sont célébrées au cours de cérémonies "samskaras".

Ce sont des moments essentiels de la vie hindoue renforçant de ce fait les liens communautaires.

La vie spirituelle d'un hindou est en corrélation avec les grandes étapes de la vie, 4 stades "âshrama" permettant une progression pour atteindre en fin de vie un départ accompli vers le salut.

 

Ces moments règlent le dharma, les règles de vie de tout indien.

Les Quatre étapes essentielles dans la vie d'un indien

- Le Brâhmâcarya : moment lié au monde de l'enfance et aux étudiants : acquisition des savoirs sociaux et spirituels.

Le jeune vénère son maître et lui doit obéissance.

- Le Gârhastya : période pendant laquelle l'individu passe à une phase active dans la vie. : Mariage et construction d'une famille associée à un développement professionnel.

- Le Vânaprasthya : période correspondant à la retraite, pendant laquelle l'individu se détache du matériel et de la famille. L'héritage transmis, la personne quitte son foyer pour le Salut.

- La Sâmnasya : période spirituelle pensant laquelle l'indien médite, prie pour atteindre la Moksha, la libération pour une envisager une bonne réincarnation.

A l'heure actuelle, ces stades sont suivis avec beaucoup moins de rigueur, mais remplacer par la philosophie     

de la Bhakti, la vénération des dieux.

LA FAMILLE

La famille cimente la société indienne, complémentairement à la religion. Faisant corps, portant assistance, elle aide devant toutes difficultés surgissant dans le quotidien.

L'Inde ne possédant pas de sécurité sociale, ni allocation chômage... la famille est la seule entité sécurisante et agissante pour venir en aide.

Réunissant un collectif de personnes, elle donne un statut de respectabilité et d'identité au groupe. Ainsi, le membre familial se fond-il dans le groupe, au service de celui-ci.

Rempart contre la rude compétitivité et l'insécurité éventuelle, elle conjugue l’investissement affectif, économique et social pour la survie du groupe et de ses normes. En effet, l'enjeu essentiel est ainsi de pérenniser la famille en assurant aux descendants un avenir sécurisé, rassurant et les valeurs familiales   

pluri-générationnelles.

LE MARIAGE

En Inde, le mariage est un pilier de la vie, aussi bien chez l'homme que chez     la femme, un engagement d'union et de transmission culturelle sécurisante pour le futur. L'industrie du mariage en Inde est estimée à 60 milliards de roupies (soit 1 milliard d'euros), avec un taux de progression de 20 à 25 % annuel. Le faste cérémoniel se déroule sur 3 à 4 jours précédés de longs préparatifs de plusieurs mois, durant lesquels suivi astrologique et frais multiples se conjuguent : préparation de la dot, location de champs ou d'hôtel pour l'accueil des convives, choix des vêtements pour la cérémonie, achat de bijoux en or, en particulier pour la mariée.

Ces derniers mettront non seulement en valeur la mariée mais assureront également sa fortune personnelle. Le sari du mariage aux couleurs symboliques rouge et or est également un achat conséquent.

Dans la société indienne, le mariage est arrangé quel que soit la religion, la région, la classe sociale, le niveau d'étude. La conception du mariage indien n'est pas une relation entre deux individus mais c'est une relation entre deux groupes, deux familles, deux clans. Ce type de mariage avoisine les 90%, même dans l'Inde du XXIème siècle, et ce quel que soit le milieu socio-professionnel.

Le bonheur d'un ménage indien ne repose pas sur les critères sentimentaux, comme en occident, en raison de leur caractère éphémère ! Par ailleurs, le divorce reste très faible en Inde.. Peu accepté culturellement, il peut laisser la femme dans une situation future précaire, sans revenus...

C'est pourquoi, les parents et plus particulièrement la mère ont la charge de la recherche délicate du partenaire idéal pour leurs enfants. Outre l'emploi d'un "marieur'' chargé de la prospection, la presse écrite reste un excellent support à large spectre : les journaux du dimanche regorgent de petites annonces classées par caste où l'on peut lire par exemple : " JF caste brahmane, langue gujarati, ingénieur informatique, joli au teint clair, recherche JH même caste, même milieu socio-professionnel". Certaines annonces relatent la recherche de partenaire indien pour vivre à l'étranger.Le mariage d'amour a très mauvaise réputation signe de difficultés dans son accomplissement. S'opposant aux valeurs sociales et aux transmissions des valeurs familiales, aucun soutien n'est possible pour les mariés choisissant le mariage d'amour ! En effet, le rempart de protection affectif et financier en est réduit à son strict minimum.  Le mariage d'amour, romantique est vécu, fantasmé, au travers des films Bollywood, et chansons romantiques...Dans ces scénarios, les désirs refoulés, la libération des chaînes du devoir, du poids des traditions et des obligations familiales se trouvent accomplis. La nostalgie et la projection de l'Amour sont possibles